Les dix bougies du Laboratoire temps-fréquence

Le Laboratoire temps-fréquence de l’Université de Neuchâtel fête ses dix ans mercredi. En 2007 ...
Les dix bougies du Laboratoire temps-fréquence

L’Université de Neuchâtel abrite des experts dans la mesure du temps. Le laboratoire s’est bien développé depuis sa création

Thomas Südmeyer, directeur du Laboratoire temps-fréquence de l'Université de Neuchâtel. Thomas Südmeyer, directeur du Laboratoire temps-fréquence de l'Université de Neuchâtel.

Le Laboratoire temps-fréquence de l’Université de Neuchâtel fête ses dix ans. À l’époque de sa création, en 2007, il ne comptait que cinq collaborateurs alors qu’il en a aujourd’hui près de trente. Cet anniversaire sera célébré jeudi dans le bâtiment de l’avenue de Bellevaux 51 à Neuchâtel. La partie officielle est sur inscription. Une conférence publique sur le passé, le présent et l’avenir de la mesure du temps est prévue à 18 heures.
Le Laboratoire temps-fréquence regroupe des experts qui sont les héritiers de l’Observatoire cantonal. Il a déjà mené une centaine de projets de recherche avec des partenaires internationaux, comme l’agence spatiale européenne. Il a développé une horloge primaire extrême précise pour la Suisse. La métrologie optique est un des axes importants dans la recherche actuelle. La Suisse est à la pointe dans le domaine des lasers, mais davantage Outre-Sarine. Dans le canton de Neuchâtel et les alentours, le laboratoire trouve des partenaires au sein du tissu industriel dans le domaine du temps-fréquence. /msa


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus