La fusion du Haut-Vallon va de l’avant

La fusion du Haut-Vallon va de l’avant avec cinq communes. Le comité de pilotage s’est réuni ...
La fusion du Haut-Vallon va de l’avant

La fusion du Haut-Vallon va de l’avant avec cinq communes. Le comité de pilotage s’est réuni hier en assemblée et va s’atteler à l’élaboration d’un contrat qui sera soumis à la population en 2020

Benjamin Rindlisbacher Le maire de Courtelry, Benjamin Rindlisbacher, est le nouveau président du Copil.

Le chemin jusqu’à la fusion sera encore long et nécessitera un important travail de la part des autorités concernées. Elles devront notamment définir un budget, la localisation des services, la quotité d’impôts ou encore les taxes. Objectif : créer une nouvelle identité pour les citoyens des cinq communes, tout en veillant à préserver les spécificités de chaque localité.

Afin de mener à bien ce processus, le comité de pilotage affirme sa volonté d’informer et d’écouter les habitants afin d’aboutir à un contrat qui tienne compte de leurs attentes. Pour organiser ces travaux, une feuille de route sera soumise aux exécutifs des cinq communes dans les semaines à venir. Les collaborations régionales existantes seront par ailleurs évaluées, et certaines d’entre elles vont se poursuivre au-delà du périmètre de la fusion. Une proposition en ce sens sera faite aux communes allant de Sonceboz à La Ferrière.

Une fois tous ces éléments connus, la votation pourra se tenir au premier semestre 2020, pour une entrée en force de la nouvelle commune le 1er janvier 2021. Si le projet est accepté, la nouvelle commune sera la plus grande du Jura bernois, avec plus de 9'000 habitants, soit 20% de la population de la région.

Notez encore que le maire de Villeret, Richard Habegger, s’est retiré formellement de la présidence du comité de pilotage hier soir. Il sera remplacé par Benjamin Rindlisbacher, le maire de Courtelary./ast


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus