Commune d’Erguël : le projet avance

Le projet de fusion visant à créer la commune d’Erguël va de l’avant. Une troisième séance ...
Commune d’Erguël : le projet avance

Le projet de fusion visant à créer la commune d’Erguël va de l’avant. Une troisième séance d’information publique s’est tenue mercredi soir à St-Imier

Environ 120 personnes ont répondu à l'invitation du comité de pilotage. Environ 120 personnes ont répondu à l'invitation du comité de pilotage.

La fusion du Haut-Vallon va de l’avant. Le comité de pilotage du projet qui sera soumis en votation dans un an a invité mercredi soir les citoyens des cinq communes concernées à une séance d’information. Le but de cette rencontre était de permettre aux différents groupes de travail de présenter l’état d’avancement de leurs travaux en vue d’une éventuelle union entre Renan, Sonvilier, St-Imier, Cormoret et Courtelary. Les citoyens ont aussi pu faire part de leurs interrogations.


Etat des lieux, sans armoiries ni budget

Environ 120 personnes ont répondu à cette invitation. Elles ont notamment reçu des informations concernant le règlement d’organisation de la nouvelle commune d’Erguël. Cinq groupes de travail ont ensuite présenté leurs conclusions concernant l’administration générale ; l’action sociale, les écoles et la culture ; l’urbanisme et la mobilité ; les services techniques ; et enfin les finances et les bâtiments. La présentation des nouvelles armoiries a en revanche été repoussée, la personne chargée du dossier n’ayant pas pu tenir les délais pour des raisons personnelles. Trois propositions seront départagées par les exécutifs des cinq communes et les groupes de travail. Le résultat sera présenté lors d’une prochaine séance d’information, au printemps 2020. Il en ira de même pour le budget de la nouvelle commune, pour lequel de nombreuses variables doivent encore être prises en compte.


Peu de discussions

Les questions ont été peu nombreuses à l’issue de la séance qui s’est déroulée dans une ambiance bon enfant. Il a tout de même été demandé s’il n’était pas possible de réintégrer Villeret au projet, de crainte de voir une enclave se créer. A cette question, le comité de pilotage a répondu qu’il n’avait pas à s’ingérer dans la gestion des communes. Il rappelle aussi que si une commune qui a décidé de quitter le projet décidait de revenir à ce stade, il faudrait tout reprendre à zéro, ce qui serait compliqué à moins d’un an du vote. La porte est en revanche ouverte si une commune souhaite rejoindre la nouvelle entité après la réalisation de la fusion, pour autant qu’elle ait lieu. Certains ont aussi fait part de leurs craintes de se voir mis devant le fait accompli concernant les armoiries. Leur remarque sera étudiée par le comité de pilotage./ast


Toutes les informations concernant cette fusion sont disponibles ici.


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus