Des internautes surveillent de près le bilinguisme à Bienne

Des Biennois traquent le manque de bilinguisme dans leur ville. Un groupe Facebook intitulé ...
Des internautes surveillent de près le bilinguisme à Bienne

Des Biennois traquent le manque de bilinguisme dans leur ville. Un groupe Facebook intitulé « Défense des Francophones de Bienne » a été créé en avril dernier. Il peut compter sur l'appui de ses 550 membres

Un exemple de post sur le groupe. Source: Facebook Un exemple de post sur le groupe. Source: Facebook

Affiches non traduites, vitrines en allemand, ou encore des places d’apprentissage uniquement destinées aux Alémaniques. Un groupe Facebook intitulé « Défense des Francophones de Bienne » recense le manque de bilinguisme dans la cité seelandaise. Le groupe a été créé en avril dernier par l’enseignant biennois Pascal Oberholzer. Il compte désormais 550 membres qui partagent régulièrement des exemples de situations où le bilinguisme n’est pas respecté, photos à l’appui. « Cela ne représente que la pointe de l’iceberg, affirme Pascal Oberholzer.»

Le but de la démarche vise à dénoncer et sensibiliser afin de permettre aux 42% de Francophones de Bienne de vivre pleinement le bilinguisme, indique l’enseignant, qui préfère agir plutôt que de se plaindre.

L’action ne se limite pas au monde virtuel. Pascal Oberholzer peut compter sur le soutien du Forum du bilinguisme et du Conseil des affaires francophones du district bilingue de Bienne pour relayer d’importants manquements. /anl

Entretien avec le fondateur du groupe Facebook « Défense des francophones de Bienne »


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus