Statu quo à l’horizon scolaire du Haut-Vallon

Les écoliers du Haut-Vallon devront attendre quelques années avant de savoir s’ils feront leurs ...
Statu quo à l’horizon scolaire du Haut-Vallon

Le projet de rapprochement entre les Ecoles secondaires de Courtelary et St-Imier est gelé en attendant les futures négociations du comité de fusion

Halle de gymnastique à Courtelary

Les écoliers du Haut-Vallon devront attendre quelques années avant de savoir s’ils feront leurs classes ailleurs. Suite à la décision de la commune de Villeret de sortir du projet de fusion du Haut-Vallon, les autres communes doivent formuler un nouveau plan de répartition des degrés scolaires. Les groupes de travail concernés ont annoncé mercredi que l’étude d’un rapprochement entre les écoles secondaires de Courtelary et St-Imier était gelée jusqu’à ce que le comité de pilotage de la fusion fixe la marche à suivre. Le COPIL prévoit que les groupes de travail puissent remettre l’ouvrage sur le métier en janvier.

 

Pas de nouvelle école secondaire à Villeret

La décision de Villeret de quitter le projet de fusion fait qu’il n’est plus envisageable d’y localiser un degré de l’école secondaire. Mais malgré ce refus , « pas question de laisser Villeret tout seul » assure le nouveau président du comité de pilotage, Benjamin Rindlisbacher. Le maire de Courtelary a remplacé Richard Habegger, maire de Villeret, qui a cédé logiquement sa place. La manière d’associer Villeret au projet scolaire sera fixée ultérieurement. Il s’agira aussi de trouver une solution d’avenir pour l’école secondaire de Courtelary, où les effectifs sont en baisse constante.

La fusion du Haut-Vallon n’est pas encore jouée : les citoyens se prononceront en 2020 ou 2021. /sca


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus