Les médecins spécialistes à Bienne, « loin » du million annuel

Les salaires des médecins spécialistes au Centre hospitalier Bienne ne sont pas aussi élevés ...
Les médecins spécialistes à Bienne, « loin » du million annuel

Les salaires des médecins spécialistes au Centre hospitalier Bienne ne sont pas aussi élevés qu’ailleurs. Le conseiller fédéral Alain Berset avait jugé lundi « inacceptable » les rémunérations de certains spécialistes en Suisse

 Le Centre hospitalier Bienne. (Image: archives)

Les médecins spécialistes au sein du Centre hospitalier Bienne ne gagnent pas un million par an. « Loin de là », a même lancé leur directeur Kristian Schneider. Ce dernier a réagi aux propos du conseiller aux Etats genevois Mauro Poggia qui avait laissé entendre que certains médecins tels que les chirurgiens touchaient près de 80 à 90'000 francs par mois. Des propos repris par le conseiller fédéral Alain Berset au micro de la RTS lundi. Le président de la Confédération s’est même indigné de salaires qu’il a qualifiés « d’inacceptables ».

Le directeur du Centre hospitalier Bienne Kristian Schneider précise que de telles rémunérations n’existent pas au sein de son établissement. « Nous ne pouvons juste pas. Et nous n’avons jamais eu une demande de salaire de cette hauteur. Si quelqu’un vient avec une telle demande, je vais la refuser d’office ». Le directeur ne désire toutefois pas donner plus de précisions sur la fourchette de salaire octroyée.

 

Dû au marché

Kristian Schneider ne nie pas toutefois que de tels salaires sont présents en Suisse. Il l’explique par la situation tendue sur le marché du travail. « Les médecins en Suisse sont des biens rares. Il existe une bataille autour de ces spécialistes. L’augmentation de ces salaires se fait par le marché qui est quasiment inexistant ».

Des solutions pourraient venir de la formation selon le directeur. « Le nombre de places disponibles dans les universités a été augmenté. Mais ce n’est pas encore assez. En plus, ces personnes vont être prêtes seulement dans 10 à 12 ans. On essaye de faire un maximum, mais ce n’est malheureusement pas encore assez », conclut Kristian Schneider. /jrg


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus