L'industrie forestière bernoise doit mieux collaborer

L'économie forestière et l'industrie du bois doivent mieux collaborer dans le canton de Berne ...
L'industrie forestière bernoise doit mieux collaborer

L'économie forestière et l'industrie du bois doivent mieux collaborer dans le canton de Berne. C'est le constat dressé par le rapport 2018 sur le développement durable, présenté vendredi par le conseiller d'Etat bernois Christoph

Les forêts bernoises font face à de nombreux défis. (archives). Les forêts bernoises font face à de nombreux défis. (archives).

L'économie forestière et l'industrie du bois doivent mieux collaborer dans le canton de Berne. C'est le constat dressé par le rapport 2018 sur le développement durable, présenté vendredi par le conseiller d'Etat bernois Christoph Ammann.


La demande de bois est réelle, mais l'économie forestière bernoise n'est pas en mesure d'exploiter la totalité de son potentiel parce qu'elle repose sur de petites structures et qu'elle est peu orientée sur la rentabilité.


Selon ce rapport 2018, les deux tiers de la forêt bernoise sont regroupés en "petites" exploitations de trois hectares en moyenne, réparties entre 328 propriétaires publics et plus de 36'000 propriétaires privés. "Pour deux propriétaires sur trois, la forêt n'est pas une source de revenus et se mue même parfois en activité à perte", relevé la direction de l'économie publique bernoise dans un communiqué.


"D'importantes mesures s'imposent donc dans le domaine socio-économique", a affirmé Christoph Ammann, en charge de l'économie publique, cité dans le communiqué.


Le conseiller d'Etat a souligné que si les forêts devaient être mieux exploitées, il fallait le faire "dans le respect des critères de développement durable, pas seulement pour des motifs économiques, mais également pour préserver ses fonctions de protection, d'espace naturel et de détente." /ATS


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus