Querelle financière autour de Cédric Némitz et du PS biennois

Deux membres du comité de direction du parti socialiste biennois ont mis aux poursuites Cédric ...
Querelle financière autour de Cédric Némitz et du PS biennois

Deux membres du comité de direction du parti socialiste biennois ont mis aux poursuites Cédric Némitz pour un impôt de mandat réglé, mais bloqué sur le compte de la section francophone du PSR

Cédric Némitz dénonce un dysfonctionnement au sein du parti socialiste biennois. (Photo: archives) Cédric Némitz dénonce un dysfonctionnement au sein du parti socialiste biennois. (Photo: archives)

Cédric Némitz est pris entre le feu de deux sections du parti socialiste (PS) biennois, dit le grand parti. Le conseiller municipal de la cité seelandaise s’est vu notifier un commandement de payer émanant de la direction du PS biennois. L’information a été dévoilée jeudi matin par le Journal du Jura qui a traduit un article du Bieler Tagblatt. La direction accuse le natif du Jura bernois de ne pas avoir réglé ses impôts de mandat à sa formation politique. Le montant de 36'000 francs est avancé. Cédric Némitz réfute ces accusations et indique ne pas être poursuivi en justice :

Contactée jeudi, Samantha Dunning, la coprésidente du parti socialiste romand (PSR) confirme que sa section possède les impôts versés par Cédric Némitz. L’argent est bloqué et n’est pas utilisé. Une médiation auprès de la section cantonale a été demandée. Ces derniers événements mettent au jour les problèmes de coexistence au sein du grand parti. Les frictions entre les différentes sections ne datent d’ailleurs pas d’hier selon Cédric Némitz :

La présidente du grand parti, Daniela Hess, s’était de son côté opposée à la mise aux poursuites du directeur de la formation, de la culture et du sport à Bienne. Elle dénonce « une comédie » et regrette de ne pouvoir se concentrer sur des éléments de politique. Daniela Hess partage l’avis de Cédric Némitz comme quoi seuls certains éléments sont perturbants au sein du PS biennois. « Je suis en contact avec eux afin d’essayer de trouver des solutions », explique-elle. Quant à une éventuelle exclusion de ces membres, elle ne l’envisage pas. « D’après mes souvenirs, seul Ricardo Lumengo a connu pareil destin. Je ne veux pas dire que l’affaire actuelle n’est pas grave pour autant, mais dans ce cas, c’est aux sections locales de décider de potentielles mesures, pas au grand parti ».

Quant aux deux membres de la direction du parti socialiste biennois qui ont envoyé le commandement de payer à Cédric Némitz, il n’a pas été possible de les joindre jeudi.

Pour rappel, le parti socialiste biennois, le grand parti, est composé de quatre sections. Il s’agit de celles des jeunes, du PSR, de Bienne Madretsch et de Bienne Ville/Est. /jrg


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus