Double rejet pour la loi cantonale sur l’aide sociale

Le canton de Berne devra revoir sa copie concernant la modification de la loi sur l’aide sociale ...
Double rejet pour la loi cantonale sur l’aide sociale

Le canton de Berne devra revoir sa copie concernant la modification de la loi sur l’aide sociale. Les citoyens ont rejeté dimanche le projet du Grand Conseil et le projet populaire qui leur étaient soumis

 Le directeur de la Santé publique et de la prévoyance sociale, Pierre Alain Schnegg, devra trouver d'autre solution pour réduire les coûts de l'aide sociale. (Photo : archives) Le directeur de la Santé publique et de la prévoyance sociale, Pierre Alain Schnegg, devra trouver d'autre solution pour réduire les coûts de l'aide sociale. (Photo : archives)

La révision de la loi sur l’aide sociale ne convainc pas dans le canton de Berne. Son but était de réduire les coûts en la matière. Aussi bien le projet du Grand Conseil que le projet populaire porté par les opposants ont été rejetés. Le premier par 158'378 voix (52,6 %) contre 142'757 (47,4 %), le second par 164'927 voix (56 %) contre 129'336 (44 %).

On rappelle que le projet du Grand Conseil soutenu par le Conseil-exécutif prévoyait de réduire les montants du forfait de l’entretien de l’aide sociale pour rendre le travail plus attractif que l’aide sociale. Le projet populaire demandait quant à lui que les contributions de l’aide sociale soit déterminées par les normes CSIAS et qu’un soutien soit prévu pour les chômeurs en fin de droit de plus de 55 ans.

Dans son allocution, le directeur de la Santé publique et de la prévoyance sociale a pris acte de ce résultat. Pierre Alain Schnegg déclare que les citoyens bernois « ont décidé que la loi actuellement en vigueur devait rester telle quelle ». L’élui UDC de Champoz n’entend toutefois pas en rester là : « Il faut agir : en redoublant d’efforts pour que les bénéficiaires [de l’aide sociale] s’insèrent dans la vie professionnelle ; en faisant collaborer plus étroitement les services sociaux et les milieux économiques ; en optimisant certains aspects administratifs de l’aide sociale, notamment par un système de gestion des cas commun à tous les services sociaux ; et en mettant en place un service de révision de l’aide sociale, comme décidé par le Grand Conseil. Le personnel de ma Direction et moi-même allons nous y atteler et tout mettre en œuvre pour que l’aide sociale soit mieux perçue par la société ». /ast

/ast


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus