Plus de chlorothalonil, pas un problème dans le Jura bernois

L’interdiction de la substance contenue dans des fongicides sur tout le territoire suisse n’est ...
Plus de chlorothalonil, pas un problème dans le Jura bernois

L’interdiction de la substance contenue dans des fongicides sur tout le territoire suisse n’est pas un problème dans le Jura bernois, où elle n’est pas vraiment utilisée

Les céréales, tout comme les pommes de terre ou la vigne font partie des cultures pour lesquelles le fongicide est utilisé. (Image d'illustration) Les céréales, tout comme les pommes de terre ou la vigne font partie des cultures pour lesquelles le fongicide est utilisé. (Image d'illustration)

Le chlorothalonil sera interdit dès 2020 en Suisse. L'Office fédéral de l'agriculture (OFAG) retire immédiatement de la circulation ce fongicide et considère la substance comme « probablement » cancérigène.

Ce retrait est réalisé dans le cadre du programme de réexamen des anciens produits phytosanitaires. Une centaine de substances ont déjà été réexaminées à ce jour, précise l'OFAG jeudi dans un communiqué. A ses yeux, certains produits de dégradation de ce fongicide pourraient avoir un effet négatif à long terme sur la santé.

De plus, la substance doit probablement être classée comme cancérigène, estime Berne qui se rallie à l'évaluation de la commission de l'UE. Le réexamen du chlorothalonil a montré que certains produits de dégradation de cette substance, appelés métabolites, pouvaient être mesurés en quantité trop importante dans les eaux souterraines.


Céréales, légumes, pommes de terre et plantes ornementales

Le chlorothalonil est une substance active utilisée comme fongicide depuis les années 1970 dans l'agriculture, notamment dans la culture des céréales, des légumes, de pommes de terres, de la vigne et des plantes ornementales. Selon l'OMS, il est particulièrement toxique pour les poissons et les invertébrés aquatiques. La Commission européenne a décidé le 29 avril 2019 de retirer le fongicide et d'interdire son utilisation après le 20 mai 2020.

Près de 45 tonnes de chlorothalonil ont été utilisés en 2017 en Suisse. Cela représente 2,22% du total des produits phytosanitaires.


Pas d’inquiétude dans la région

Dans un communiqué publié jeudi, le canton de Berne s’est dit « satisfait » de la décision des autorités fédérales. Pour rappel, le Conseil-exécutif avait demandé, début décembre, d’interdire les fongicides contenants du chlorothalonil.

Du côté des agriculteurs du Jura bernois, cette interdiction ne devrait pas poser de problèmes. « Dans la région, les exploitants n’utilisent pas vraiment de fongicides » précise Christophe Mornod, qui possède un domaine à Pontenet. Lui-même cultive plusieurs végétaux dont des pommes de terre. Il a renoncé il y a deux ans à l’utilisation des produits contenant du chlorothalonil « par prévention » face aux dangers éventuels. Ce n’est d’ailleurs pas la seule substance que les agriculteurs ont délaissée avant l’interdiction de la Confédération. Christophe Mornod explique, à ce titre, ne plus utiliser de glyphosate ou de néonicotinoïdes. /ATS-amo


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus