Les paysans sous pression en 2020

Les défis ne manqueront pas cette année pour le monde agricole, comme l’a rappelé vendredi ...
Les paysans sous pression en 2020

Les défis ne manqueront pas cette année pour le monde agricole, comme l’a rappelé vendredi l’Union suisse des paysans

L'Union suisse des paysans a tenu sa conférence de presse annuelle dans une exploitation située sur les hauteurs de Berne. L'Union suisse des paysans a tenu sa conférence de presse annuelle dans une exploitation située sur les hauteurs de Berne.

2020 sera décisive pour les familles paysannes. C’est le message qu’a souhaité faire passer vendredi l’Union suisse des paysans lors de sa conférence de presse annuelle. Elle a accueilli les médias dans une exploitation de la région bernoise pour faire le point sur les défis qui attendent le monde agricole cette année : politique agricole 2022+, accord de libre-échange avec le Mercosur ou encore deux initiatives qui, selon l’USP, favorisent les importations. Il s’agit des « initiatives pour une eau potable propre » et « pour une suisse libre de pesticides de synthèse ».


Des initiatives lourdes de conséquences

Pour le directeur de l’USP, le conseiller national fribourgeois Jacques Bourgeois, ces deux initiatives populaires constituent des épées de Damoclès pour les familles paysannes. Il explique que leur validation remettrait en cause toute la production agricole suisse et augmenterait la dépendance de la Suisse vis-à-vis de la production étrangère :

Ces initiatives « pour une eau potable propre » et « pour une suisse sans pesticides de synthèse » seront probablement soumises au peuple en novembre.


Politique agricole : la quadrature du cercle

En ce qui concerne la politique agricole 2022+, l’USP déclare qu’elle devra résoudre la quadrature du cercle : « cette politique doit tenir compte de toutes les exigences contradictoires posées à l’agriculture ». En clair, elle doit rendre l’agriculture plus durable et renforcer le bien-être animal, tout en augmentant la compétitivité sur le marché. Un tour de force considéré comme impossible par l’Union suisse des paysans. Elle demande donc au Conseil fédéral de définir une stratégie claire et de la suivre de manière conséquente.


Accord avec le Mercosur décrié

Enfin, l’accord de libre-échange avec le Mercosur sera une source d’inquiétude supplémentaire pour les agriculteurs. L’USP s’étonne de constater que dans ce cadre, la Suisse « officielle » fait peu état de la durabilité et de la protection des animaux. L’organisation rappelle que les aliments produits en Amérique du Sud ne répondent pas aux mêmes normes que celles imposées dans notre pays. /ast


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus