Une stratégie cantonale contre les risques et menaces

Améliorer la protection contre les risques et les menaces : c’est l’objectif de la nouvelle ...
Une stratégie cantonale contre les risques et menaces

Améliorer la protection contre les risques et les menaces : c’est l’objectif de la nouvelle stratégie mise en place par le canton de Berne

La stratégie cantonale mise en place par le Conseil-exécutif bernois vise notamment à protéger contre le harcèlement et la violence domestique. La stratégie cantonale mise en place par le Conseil-exécutif bernois vise notamment à protéger contre le harcèlement et la violence domestique.

Le canton de Berne accroît sa protection contre les risques et les menaces. Il annonce jeudi la création d’une stratégie en la matière. Elle vise notamment à protéger les personnes contre le harcèlement et la violence domestique. Le Conseil-exécutif indique que ces dernières années, les particuliers et les autorités ont été la cible récurrente de risques et de menaces graves. Il est donc nécessaire de déceler les situations problématiques au plus vite pour réduire les actes de violence.

Pour y parvenir, le canton de Berne va mettre sur pied un dispositif global de gestion des menaces. Il réunira l’ensemble des institutions et autorités et se reposera sur le système déjà en place. Un système qui fonctionne déjà bien, selon le Conseil-exécutif. Il est cependant possible de l’améliorer, notamment en termes de réactivité. Pour ce faire, la police cantonale bernoise sera placée au centre de ce nouveau dispositif, étant donné que c’est elle qui ouvre des enquêtes sur les cas qui lui sont signalés. Elle coordonne également les relations entre les autorités et les institutions qui jouent un rôle de premier plan dans la gestion des menaces. A cela s’ajoutera un réseau de référents qualifiés. Il doit pouvoir identifier rapidement les dangers. Pour améliorer ce réseau, le canton élargira ses programmes de formations pour le personnel cantonal. Les communes sont invitées à désigner explicitement des référents qui seront ensuite formés par la police cantonale bernoise. Enfin, un comité d’experts interdisciplinaire sera mis sur pied pour garantir durablement l’efficacité du dispositif.

A noter encore que la protection cantonale contre les risques et les menaces n’a pas de lien direct avec le Plan d’action national de lutte contre la radicalisation et l’extrémisme violent. Celui-ci fait partie de la stratégie de la Suisse pour la lutte contre le terrorisme. /comm-ast


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus