Le lait n’est pas mort

La production laitière a toujours de l’avenir, selon Boris Beuret, le nouveau président de ...
Le lait n’est pas mort

La production laitière a toujours de l’avenir, selon Boris Beuret, le nouveau président de la MIBA

Image d'illustration Image d'illustration

Le lait a de l’avenir. C’est en tout cas l’avis du nouveau président de la MIBA. Boris Beuret de Corban a repris la tête de la coopérative de producteurs laitiers du nord-ouest de la Suisse l’été passé. Environ 1’300 agriculteurs sont ainsi réunis et produisent près de 250 millions de kilos de lait. Depuis 2016, c’est Mooh qui s’occupe de la collecte. Quant à la MIBA, grâce à ses fonds, elle développe des projets comme la fromagerie des Franches-Montagnes au Noirmont et est active dans la défense professionnelle. Et selon son président, Boris Beuret, les producteurs de lait ont une belle carte à jouer ces prochaines années, puisque la demande augmente en même temps que la population mondiale. D’ailleurs d’ici 2030, l’offre ne devrait plus être suffisante pour répondre à la demande.

Des projets pour créer de la valeur ajoutée

Grâce aux fonds à disposition, la MIBA mène des projets comme la fromagerie du Noirmont qui permet d’offrir des perspectives aux producteurs de la région et qui dégage un bénéfice, ensuite partagé entre les coopérateurs. Un second projet a été lancé à Aesch. Il s’agit d’une plateforme de vente de produits transformés, estampillés MIBA. Ceux-ci sont ensuite distribués dans de grandes structures, comme les hôpitaux bâlois. Boris Beuret mettra aussi davantage l’accent sur la défense professionnelle puisqu’il intégrera bientôt l'association faîtière qui se nomme PSL (Producteurs suisses de lait). /ncp


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus