Imprimantes 3D à la rescousse

Des visières de protection contre le coronavirus sont imprimées par des privés et des institutions ...
Imprimantes 3D à la rescousse

Des visières de protection contre le coronavirus sont imprimées par des privés et des institutions. Elles sont offertes dans la région, notamment aux hôpitaux et services de soins à domicile

Au ceff-Lab et à l'école secondaire de Moutier, une dizaine d'imprimantes tournent à plein régime grâce à Julien Hoffmeyer (à gauche) et Léo Boegli. (photo : ldd) Au ceff-Lab et à l'école secondaire de Moutier, une dizaine d'imprimantes tournent à plein régime grâce à Julien Hoffmeyer (à gauche) et Léo Boegli. (photo : ldd)

Les imprimantes 3D entrent dans la lutte contre le coronavirus. Une entreprise jurassienne s’est lancée bénévolement dans la conception de visières de protection complémentaires aux masques utilisés fréquemment. La demande est forte dans les cantons du Jura, de Berne et de Neuchâtel notamment. Mais à quoi servent ces objets ? Bryan Gosparini, patron de l’entreprise SwissKH à Delémont :

Pas moins de 800 pièces ont déjà été commandées, et les demandes continuent à affluer, si bien que le jeune entrepreneur n’arrive pas à suivre la cadence. Une précieuse aide a été trouvée à Moutier, plus précisément au ceff-Lab, qui dépend du centre de formation professionnelle Berne francophone, ainsi qu'à l’école secondaire. Ces lieux abritent plusieurs imprimantes 3D, et c’est tout naturellement que les institutions ont voulu participer à cet effort collectif. Léo Boegli, responsable du ceff-Lab :

Un appel sur les réseaux sociaux a également été lancé. Il vise tous les propriétaires d’imprimantes 3D qui souhaitent soutenir le projet. Car chacun peut, à son rythme et selon ses moyens, imprimer des pièces à la maison. A Moutier toujours, Nicolas Chiladakis a installé son propre atelier de production dans son salon. Il se réjouit de mettre son confinement au profit de la société :

Nicolas Chiladakis surveille sa production. Nicolas Chiladakis surveille sa production.

Une fois produites, les pièces nécessaires à la confection des visières sont collectées puis envoyées sous forme de kits. L’entreprise SwissKH travaille également sur un concept de respirateur artificiel. Un prototype imprimé en 3D a déjà été élaboré et des contacts étroits sont établis avec les milieux spécialisés. /oza


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus