Uniformiser la gestion des cas

Une aide sociale efficace et économe passe par un système de gestion des cas homogène. Le canton ...
Uniformiser la gestion des cas

Une aide sociale efficace et économe passe par un système de gestion des cas homogène. Le canton veut introniser un tel concept à l'horizon 2025

 Un système homogène et centralisé permettrait notamment d'améliorer la qualité de l'aide sociale, selon une étude. (photo : ldd) Un système homogène et centralisé permettrait notamment d'améliorer la qualité de l'aide sociale, selon une étude. (photo : ldd) Un système homogène et centralisé permettrait notamment d'améliorer la qualité de l'aide sociale, selon une étude. (photo : ldd) Un système homogène et centralisé permettrait notamment d'améliorer la qualité de l'aide sociale, selon une étude. (photo : ldd)

Le canton de berne doit mettre à la disposition des commnunes et des services sociaux un sysème uniforme de gestion des cas. C'est la conclusion d'une étude rendue publique vendredi. L'objectif est de simplifier les aspects administratifs de la gestion des dossiers et de l'échange des données, tout en créant des synergies.

L’étude montre que les communes municipales, les communes mixtes et les communes bourgeoises du canton de Berne dépensent actuellement près de 6 millions de francs par an pour exploiter différents systèmes de gestion des cas. Et de nouveaux investissements sont encore prévus. Une enquête en ligne a révélé par ailleurs que les services sociaux seraient favorables dans leur grande majorité à un système commun de gestion des cas.

L’étude présente trois options à approfondir : le maintien de la pratique actuelle, l’introduction d'un nouveau système de gestion des cas ou la création d’une plateforme d’échange de données.

Le comité de pilotage souhaite que le canton dispose d’un système centralisé de gestion des cas relevant de l’aide sociale, des contributions d’entretien et de la protection de l’enfant et de l’adulte, et qu’il puisse agir en tant que partenaire de négociation à l’égard de tiers. La responsabilité incombera à Direction de la santé, des affaires sociales et de l'intégration. Le travail de fond pourra commencer dès que le Conseil-exécutif aura approuvé le mandat. Si tout se passe comme prévu, le nouveau logiciel pourra être introduit dès 2025. /comm-oza



 

Actualités suivantes

Articles les plus lus