Le nombre de personnes à l’aide sociale reste stable

En 2019, 44’549 personnes ont perçu des prestations de l’aide sociale dans le canton de Berne ...
Le nombre de personnes à l’aide sociale reste stable

En 2019, 44’549 personnes ont perçu des prestations de l’aide sociale dans le canton de Berne, soit 387 de moins qu’en 2018. Si les coûts nets ont baissé de 0,3%, le coût moyen par personne soutenue a augmenté de 0,5% selon un communiqué publié ce jeudi

Le nombre de personnes à l'aide sociale est stable dans le canton de Berne. (Photo: archives) Le nombre de personnes à l'aide sociale est stable dans le canton de Berne. (Photo: archives)

Le nombre de personnes bénéficiant de l’aide sociale est stable dans le canton de Berne. Selon un communiqué paru jeudi, 44'549 bernois ont perçu des prestations de l’aide sociale en 2019, soit 387 de moins que l’année précédente. Cela représente une baisse des coûts nets de 0,3%. Par contre le coût moyen par personne à lui augmenté de 0,5%. Dans le Jura bernois, une diminution du nombre de bénéficiaires a aussi été constatée (-2%, à 3071 personnes).


Répartition des bénéficiaires par âge, qualification et situation professionnelle

Parmi les personnes touchant une aide sociale, près d’un tiers sont des enfants ou des adolescents. Les jeunes adultes (18-25 ans) constituent environ 9% des bénéficiaires, un peu moins que la tranche des 56 à 64 ans. Quant aux 65 ans ou plus, ils ne représentent qu’un peu plus de 1% de la totalité.

Parmi les bénéficiaires de l’aide sociale de 25 à 64 ans, 45% en moyenne ont achevé au plus la scolarité obligatoire. Cette proportion dépasse 60% chez les personnes étrangères alors qu’elle est de 35% chez les Suissesses et les Suisses.

Environ un tiers des personnes entre 15 à 64 ans au bénéfice de l’aide sociale travaille et un tiers est à la recherche d’un emploi. Le dernier tiers n’exerce pas d’activité lucrative, par exemple parce que ces personnes s’occupent de leurs enfants ou se trouvent en incapacité de travail provisoire. Par rapport à l’année précédente, le nombre de bénéficiaires de l’aide sociale qui exercent une activité lucrative a augmenté de 4,6% (400 personnes environ) alors que celui des personnes en quête d’emploi a diminué de 5,4%. Parmi les bénéficiaires de l’aide sociale qui exercent une activité lucrative, quelque 15% travaillent à plein temps (taux d’occupation d’au moins 90%). Sans aide sociale, ces personnes ne parviendraient pas à assurer leur subsistance.


Cessation de l’aide sociale après moins d’un an

L’aide sociale a pour objectif de subvenir temporairement aux besoins des bénéficiaires. Dans près d’un tiers des cas, la personne a pu s’affranchir de l’aide sociale à la suite d’une amélioration de sa situation professionnelle, dans un peu moins d’un quart des cas en raison de l’obtention d’autres prestations sociales (p. ex. AI ou AVS). Parmi les cas clos, quelque 44% le sont après moins d’un an. Par rapport à l’année précédente, le nombre de personnes percevant une aide matérielle à court terme a baissé de 11%.


Moins d’inspections sociales en 2019

S’ils ont de sérieuses raisons de soupçonner qu’une personne perçoit, a perçu ou tente de percevoir des prestations de manière illicite, les services sociaux peuvent mandater une inspection sociale. En 2019, ils en ont ordonné 150, soit 35 de moins que lors de l’exercice précédent. Au total, 111 cas ont pu être classés. Les soupçons d’abus ont été corroborés dans deux tiers de ces cas environ. Au total, il y a eu 45 dénonciations pénales. Les services sociaux ont exigé le remboursement intégral ou partiel des prestations reçues dans 49 cas. /comm-lyg


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus