Le règlement pour la protection du climat accepté à Bienne

Le Conseil de ville de Bienne a adopté le règlement sur la protection du climat par une très ...
Le règlement pour la protection du climat accepté à Bienne

Le Conseil de ville de Bienne a adopté le règlement sur la protection du climat par une très large majorité mercredi soir. Un amendement demandant de prélever les fonds sur les impôts plutôt que le gaz a échoué

Le Conseil de ville de Bienne s'est à nouveau réuni au Palais des Congrès, Covid-19 oblige. Le Conseil de ville de Bienne s'est à nouveau réuni au Palais des Congrès, Covid-19 oblige.

Bienne tient son règlement sur le climat. Le Conseil de ville l'a accepté mercredi soir par une large majorité de 39 voix contre 12. Par un amendement, le règlement a par ailleurs changé de nom et s'appelle désormais règlement sur la protection du climat.


Le gaz, pas les impôts

Quelques derniers détails ont été discutés au sein du Palais des Congrès. Les socialistes ont essayé en vain de changer l'origine du financement spécial en faveur du climat. Prévue par une taxe sur le gaz, ils entendaient au contraire la faire passer par les impôts. La socialiste Susanne Clauss explique son idée qui a été largement refusée :

Du côté de l'UDC, la proposition de prélever sur les impôts à fait bondir. Olivier Wächter estime que vu la situation financière, ce serait se tirer une balle dans le pied :

Au final, le financement spécial se fera donc comme prévu à l'origine par une taxe sur le gaz.


2030 si possible

La question de la date à laquelle la ville doit atteindre la neutralité climatique est également revenue sur le devant de la scène. Au final, il a été décidé que c'est bien celle de 2050 qui reste inscrite comme objectif minimum, les autorités auront toutefois la possibilité de l'avancer en fonction de l'évolution de la situation.

Du côté du Conseil municipal, cette version finale du règlement satisfait pleinement comme l'indique Barbara Schwickert, la conseillère municipale en charge des travaux publics, de l’énergie et de l’environnement :

« Deux différences majeures »

En fin de compte, le texte approuvé à subi plusieurs modifications par rapport à la version initiale proposée par le Conseil municipal. Barbara Schwickert estime que deux éléments majeurs ont évolué :

Pas de moratoire en attendant l'ouest de l'A5

Dans les autres dossiers traités mercredi soir, le postulat de l'UDC demandant un « Moratoire sur les mesures d'accompagnement en matière de circulation jusqu'à la réalisation de la branche Ouest de l'A5 » a été balayé par une majorité de l'hémicycle. Barbara Schwickert a estimé que les motionnaires reliaient des éléments n'ayant aucun lien entre eux.

Le postulat urgent du PSR « Pour une stratégie claire et transparente en matière de circulation » a connu le même sort. Le texte qui demandait notamment plus de transparence lors de la communication a été refusé par 28 voix contre 19.

Par ailleurs, toujours dans le dossier mesures d’accompagnement, le postulat interpartis, « Améliorer les mesures d’accompagnement en matière de circulation au Champ-du-Moulin » a lui trouvé une majorité au Conseil de ville.


Stationnement à la gare supprimé

Les élus de gauche et droite ne se sont pas mis d'accord sur les places de stationnement à la gare. Un postulat demandait de supprimer cette possibilité de parking au nord du bâtiment en faveur d'une valorisation de l'espace publique. Le texte, soutenu par l'exécutif, a été accepté à une claire majorité. Le Conseil municipal a fait savoir que ces aménagements se feront dans le projet de refonte globale du secteur de la gare tout en rendant attentif au fait que le « réaménagement prendra du temps ».

Enfin, le législatif biennois devait aussi délier les cordons de sa bourse. Il a approuvé à une large majorité le crédit de 647'000 francs destiné à l'assainissement du Musée Neuhaus.

Le Conseil de ville poursuit ses débats jeudi, toujours au Palais des Congrès dès 18h. /jrg


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus