Le Conseil-exécutif garde le cap malgré la crise

Après un an de gestion de crise Covid-19, le Conseil-exécutif s’est réuni in corpore pour tirer ...
Le Conseil-exécutif garde le cap malgré la crise

Après un an de gestion de crise Covid-19, le Conseil-exécutif s’est réuni in corpore pour tirer un premier bilan. Deux ans après le début de la législature, il se déclare satisfait du chemin parcouru depuis le début du mandat

Le Conseil-exécutif s'est présenté in corpore face à la presse pour un bilan après les deux premières années de législature, le 27 janvier 2021. Le Conseil-exécutif s'est présenté in corpore face à la presse pour un bilan après les deux premières années de législature, le 27 janvier 2021.

Le ton était raisonnablement optimiste à l’heure du bilan pour le Conseil-exécutif. S’il se réjouit de l’avancée des projets prévus dans le plan de législature, les conséquences financières de la crise commencent à pointer leur nez. Réunis in corpore face à la presse, les sept conseillers d’Etat ont souhaité donner l’image d’un gouvernement « uni dans la crise ». Ils ont tenu à remercier une nouvelle fois la population bernoise pour les efforts consentis durant cette crise, et « partagent la douleur des familles endeuillées ou touchées par la maladie ».


La campagne de vaccination bat son plein

Lancée le 11 janvier 2020, il est administré actuellement 1'000 à 2'000 doses par jour à l’échelle du canton. À terme, il est prévu d’injecter 5'000 doses par jour, sept jours sur sept, dès que l’approvisionnement le permettra.

Pierre Alain Schnegg : « Une excellente collaboration »

L’économie et les finances cantonales mises à rude épreuve

Le tissu économique bernois est durement affecté par la crise. À l’heure actuelle, ce sont près de 208 millions de francs de fonds cantonaux et fédéraux qui sont mis à disposition pour les cas de rigueur. Selon l’administration cantonale, ce sont entre 5'000 et 10'000 entreprises qui sont éligibles à l’échelle du canton. Les dépenses cantonales ont largement augmenté pour faire face à cette situation. Aucune baisse des dépenses n’est prévue pour 2021. Le système de santé est de loin le poste le plus important. Les effets collatéraux de la crise touchent également les recettes. Les entreprises de transport public enregistrent un chiffre d'affaire en fort recul. Pour faire face aux dégâts survenus et à venir, le Conseil-exécutif prévoit de contracter une dette de plusieurs centaines de millions dans un avenir proche.

Cas de rigueur : trop tard ?

Mise en place d’un état-major spécial

À la suite de la première vague, le gouvernement bernois a mis sur pied un état-major spécial, qui est désormais chargé de la campagne de vaccination. Par ailleurs, il est à noter que les établissements pénitentiaires ont été relativement épargné par la pandémie. Parmi les quelques 6'000 arrivées et départs dans les prisons bernoises en 2020, seuls 14 tests positifs on été décelés.


La formation et la culture dans l’expectative

Le port du masque et le respect des distanciations sociales ont été respectées dans l’ensemble et ont permis de continuer l’enseignement en présentiel pour les plus jeunes. Autre secteur durement touché, la culture a pu être soutenue grâce à la mise à contribution du Fonds de loterie au Fonds d’encouragement des activités culturelles. Ce sont 1'236 demandes qui ont pu être traitées par le service concerné.


« Moutier a toute sa place dans le canton de Berne »

L’exécutif a enfin rappelé la prochaine échéance dans les urnes. Le 28 mars prochain, Moutier devra se prononcer pour la seconde fois sur son appartenance cantonale. La récente modification du statut particulier du Jura bernois est un geste pour « montrer l’attachement du Conseil-exécutif à Moutier ». Les citoyens de Moutier devront en décider, « seuls », martèle le gouvernement. /comm-lfe-oza


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus