Séance tranquille pour le Conseil de ville de Bienne

Il n'y a pas eu beaucoup de discussions mercredi soir au Palais des Congrès. Les débats les ...
Séance tranquille pour le Conseil de ville de Bienne

Il n'y a pas eu beaucoup de discussions mercredi soir au Palais des Congrès. Les débats les plus intenses ont eu lieu au moment d'aborder un postulat concernant le centre pour requérants d'asile à Boujean et la place des enfants dans celui-ci

Le sort des enfants du centre d'hébergement collectif Boujean à Bienne était au coeur d'un postulat interpartis mercredi soir au Conseil de ville. (Photo: archives) Le sort des enfants du centre d'hébergement collectif Boujean à Bienne était au coeur d'un postulat interpartis mercredi soir au Conseil de ville. (Photo: archives)

Il n'y avait pas de grosses affaires à l'ordre du jour ce mercredi soir au Conseil de ville de Bienne. Le législatif en a profité pour avancer sur ses dossiers. Il a tout d'abord passé en revue une cinquantaine de motions ou postulats qui n'ont pas pu être exécutés par le Conseil municipal dans les deux ans qui ont suivi leur adoption. Les différents textes n'ont pas suscité de grandes discussions

Les positions ont été un peu plus marquées au moment d'aborder un postulat interpartis urgent intitulé « Centre pour requérants et requérantes d'asile adapté aux enfants à Boujean ». Pour les libéraux-radicaux, le chemin pris par les postulants est le mauvais tandis que pour le groupe UDC/Les Confédérés, les demandes sont excessives.

Les postulants souhaitaient notamment que les enfants puissent être scolarisés dans les écoles publiques de la cité seelandaise ou encore que les femmes obtiennent un franc de plus par jour pour les produits d'hygiène.

Pour le groupe UDC/Les Confédérés, l'intégration d'enfants du centre pourraient faire baisser le niveau scolaire de la classe. Des propos qui ont fait bondir Mohamed Hamdaoui. L'élu du Centre s'est dit attristé, bouleversé et désespéré d’entendre de tels arguments. Il a continué en indiquant qu'un enfant a le droit d'avoir une vie sociale. Au final, la majorité du Conseil de ville a décidé de suivre le Conseil municipal en adoptant ce texte.

A noter encore que la socialiste Silja Kohler, en poste depuis le 1er janvier 2021, a présenté sa démission. Elle est remplacée par Julian Rodriguez Ugolini. 

Les débats continueront jeudi soir lors d'une nouvelle séance du Conseil de ville. /sbo


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus