Le Conseil-exécutif tranche dans le vif d’une motion concernant les crues

Le Gouvernement bernois a rejeté deux points d’une motion concernant la gestion des dommages ...
Le Conseil-exécutif tranche dans le vif d’une motion concernant les crues

Le Gouvernement bernois a rejeté deux points d’une motion concernant la gestion des dommages lors des crues de l’été passé déposée par la députée du Centre Christine Bühler de Romont. Il a adopté le troisième point sous forme de postulat

La salle du Conseil-exécutif au Rathaus. (Photo: Manuel Stettler - canton de Berne) La salle du Conseil-exécutif au Rathaus. (Photo: Manuel Stettler - canton de Berne)

Le Gouvernement bernois rejette en partie une motion concernant les crues de l’été dernier. La députée du Centre Christine Bühler demandait une analyse approfondie de différents points concernant la gestion des dommages lors des crues dans les régions des lacs du pieds du Jura. Le Conseil-exécutif a rejeté les deux premiers points de cette motion.

Concernant le premier point, le Gouvernement estime que les solutions existent pour s’assurer contre les dégâts d’eau. Il ne voit pas la nécessité de vérifier comment sont gérés les dommages résultant des évènements naturels de l’été passé, comme le demande la députée de Romont. Que ce soit au niveau des compagnies d’assurances privées mais aussi au niveau des mesures structurelles des bâtiments, il est possible de s’en sortir selon le Conseil-Exécutif.

Ce dernier a également refusé d’examiner comment devraient être gérés à l’avenir les dommages sur les bâtiments et les cultures. Le Gouvernement estime que le service de régulation de l’Office des eaux et des déchets a agi dans le cadre des prescriptions concernant la 2e correction des eaux de Jura. Les évènements de l’été dernier ont été causés par des précipitations exceptionnelles. Des mesures préventives et de protection d’ouvrages locales seront les solutions pour se prémunir contre ces catastrophes naturelles.

Enfin, le Conseil-exécutif a adopté le troisième point sous forme de postulat. Ce dernier demandait de contrôler les règlements de surveillance du barrage de Port et de la régulation du niveau des lacs, et ainsi de les adapter sur la base des expériences faites l’été dernier. /lge


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus