Berne refuse une imposition plus écologique des véhicules

Les citoyens du canton ont refusé ce dimanche à 53% la modification de la loi cantonale sur ...
Berne refuse une imposition plus écologique des véhicules

Les citoyens du canton ont refusé ce dimanche à 53% la modification de la loi cantonale sur l’imposition des véhicules routiers. Le texte prévoyait de taxer ces derniers en fonction de leur poids et de leurs émissions de CO2

Le canton de Berne a refusé dimanche la modification de la loi cantonale sur l'imposition des véhicules routiers. (Photo libre de droits). Le canton de Berne a refusé dimanche la modification de la loi cantonale sur l'imposition des véhicules routiers. (Photo libre de droits).

Les citoyens du canton de Berne refusent l’idée d’un impôt plus écologique des véhicules. Ils ont dit « non » ce dimanche par 53% des voix à la modification de la loi sur l’imposition des véhicules routiers. L’arrondissement du Jura bernois s’est prononcé contre le texte à 66,2%. Au total, 38 communes sur 40 ont refusé cet objet cantonal. Le rejet le plus fort a été enregistré dans la commune de Saules (87,7% de « non »), suivi de Saicourt (86,6&) et de Court (82,6%). Seules deux communes ont accepté la modification de la loi sur l’imposition des véhicules routiers : La Scheulte à 88% et La Neuveville à 51,7%. La participation dans l’arrondissement administratif a atteint 40,1%.

Le résultat à Bienne

L’arrondissement de Bienne s’est en revanche prononcé en faveur du texte par 51,2% des voix. Un soutien encore plus fort dans la commune qui a voté à 61,5% en faveur de la loi. La participation dans l’arrondissement de Bienne s’est élevée à 38,7%. Au niveau du canton, la participation à cet objet a atteint 44,5%.

Les réactions

A l'origine du référendum contre cette loi, l'UDC est ravi du résultat. Le député agrarien d'Orvin Mathias Müller se dit particulièrement satisfait du vote du Jura bernois :

Selon le conseiller d'Etat bernois en charge de la sécurité Philippe Müller, ce résultat montre que le référendum était justifié :

Porté par les autorités cantonales, le texte était combattu par un référendum de l’UDC et de la Fédération des contribuables. La modification de la loi prévoyait d’offrir un avantage fiscal aux propriétaires de véhicules légers et peu polluants en taxant les voitures de tourisme et de livraison plus seulement en fonction de leur poids, mais également de leurs émissions de dioxyde de carbone (CO2). /gtr


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus