Séance express pour le Conseil de ville de Bienne

Les élus biennois ont siégé un peu plus de deux heures jeudi soir. A l’occasion de cette séance ...
Séance express pour le Conseil de ville de Bienne

Les élus biennois ont siégé un peu plus de deux heures jeudi soir. A l’occasion de cette séance de mars, ils ont retrouvé la salle du Bourg en vieille ville, après une longue absence. Au menu de la soirée : l’organisation scolaire ou encore la rédaction des procès-verbaux

Le Conseil de ville a pu retrouver son parlement jeudi soir. Cela faisait quasi deux ans que les élus n'avaient pas siégé dans la salle du Bourg. Le Conseil de ville a pu retrouver son parlement jeudi soir. Cela faisait quasi deux ans que les élus n'avaient pas siégé dans la salle du Bourg.

Après deux ans de pandémie, le Conseil de ville a retrouvé son antre, la salle du Bourg. Si certains se plaignaient du manque de place, d’autres étaient émus de siéger à nouveau dans leur parlement. Les élus biennois ne se sont toutefois pas éternisés jeudi soir. La séance a duré un peu plus de deux heures. Il a notamment été question d’un crédit pour la rédaction des procès-verbaux des séances du législatif ou encore de l’organisation des classes pour la prochaine année scolaire.

Les procès-verbaux s’entassent à Bienne, c’est une réalité. Cinquante-et-un sont pendants depuis 2019. Le Bureau du Conseil de ville a donc suggéré plusieurs mesures pour y remédier. Il a notamment proposé de mettre en ligne sur Internet des fichiers audio des séances du législatif jusqu’à la publication des procès-verbaux intégraux. Les procès-verbaux répondent au besoin des parlementaires de pouvoir réécouter en temps utile leurs interventions et les décisions prises lors d’une séance. Cela permettra aussi d’atténuer le problème du retard dans la tenue des procès-verbaux, du moins d’un point de vue pratique. Une solution qui ne plaît pas à tout le monde, à l’image de la socialiste Marie Moeschler.

A Bienne en moyenne, une séance du Conseil de ville dure entre 4 et 5 heures. Près d’un tiers des interventions sont en français et deux tiers en allemand ou en dialecte. La rédaction demande aussi plus ou moins de temps si les débats sont ordonnés ou non, selon la durée des interventions ou encore en fonction des propositions sur lesquels il faut voter. Pour une séance plurilingue de 5 heures, il faut compter au moins 30 heures de travail pour la rédaction du PV. Certains élus ont pointé du doigt les collègues qui « aiment s’écouter parler ». Patrick Widmer de l’UDC a lui visé la gauche qui dépose de nombreux textes au fil des séances.

Ce crédit supplémentaire de 180'000 francs a donc fait parler. Si de nombreux élus ont regretté de devoir ouvrir le portemonnaie, les conseillers de ville ont toutefois accepté cette enveloppe à une large majorité. Un poste à plein temps va donc pouvoir s’occuper des PV. A noter que 30'000 francs seront dédiés à des frais de formation, de licence et d’infrastructure.


Organisation scolaire 2022/23

Sur le papier, l’organisation des classes pour la prochaine année scolaire ne va pas voir beaucoup de changements à Bienne. Le Conseil de ville a accepté à une large majorité un rapport qui propose la fermeture de deux classes enfantines, l’ouverture d’une classe de degré primaire et l’ouverture de 4 classes de degré secondaire I. Toutefois, les chiffres prévus pour la prochaine rentrée ne tiennent pas compte des personnes quittant Bienne et de celles qui viennent s’y installer. Ils ne font pas non plus de projections concernant une poursuite des effets de la pandémie ou encore de l’arrivée d’écoliers ukrainiens dans la cité seelandaise. A noter qu’actuellement neuf jeunes Ukrainiens sont déjà scolarisés à Bienne. Ils pourraient être 300 d’ici le mois de mai a indiqué la conseillère municipale en charge de la formation, de la culture et du sport, Glenda Gonzalez Bassi. Les chiffres indiqués dans le rapport sont donc à prendre avec la plus grande prudence. /sbo


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus