12% d’augmentation pour les conseillers d’Etat bernois ?

En pleine période d’austérité, le salaire des conseillers d’Etat dans le canton de Berne pourrait ...
12% d’augmentation pour les conseillers d’Etat bernois ?

Le Conseil-exécutif De g. à dr. : Kurt Nuspliger, chancelier, Christoph Neuhaus, directeur de la justice, des affaires communales et des affaires ecclésiastiques, Hans-Jürg Käser, directeur de la police et des affaires militaires, Andreas Rickenbacher, directeur de l'économie publique, vice-président du gouvernement, Bernhard Pulver, directeur de l'instruction publique, président du gouvernement, Barbara Egger-Jenzer, directrice des travaux publics, des transports et de l'énergie, Philippe Perrenoud, directeur de la santé publique et de la prévoyance sociale, Beatrice Simon, directrice des finances

En pleine période d’austérité, le salaire des conseillers d’Etat dans le canton de Berne pourrait prendre l’ascenseur avec environ 12% d’augmentation, pour des émoluments qui passeraient de 275'000 francs à 307'500 francs. Le projet gouvernemental de révision de la loi sur le personnel dans le canton de Berne, prévue pour 2013, entre en phase de consultation. Le projet du Conseil-exécutif est de mettre fin à certaines failles notamment en ce qui concerne les heures supplémentaires… mais au passage, il ajuste le salaire de ses membres vers le haut.

 

Le détail

Le gouvernement bernois veut mettre fin à plusieurs bizarreries concernant le traitement de ses fonctionnaires. Dans son projet de révision de la loi sur le personnel, le Conseil-exécutif veut supprimer la prime de fidélité pour les membres du gouvernement. Effectivement, la fidélité ne dépend pas de l’élu, mais bien de la volonté du peuple… un conseiller d’Etat indéboulonnable ne devrait ainsi plus bénéficier de ce bonus.

De même, il sera désormais impossible pour les cadres dirigeants de noter des heures supplémentaires. En compensation, deux classes de traitement supplémentaires pourraient voir le jour. La mesure concerne 120 haut-fonctionnaires. Et comme les membres du Conseil-exécutif continueront de toucher 15% de plus que les cadres les mieux payés, cette révision de la loi revient à augmenter le salaire des conseiller d’Etats, qui passerait de 275'000 à 307'500 francs, soit 12% d’augmentation.

 

Combien ça coûte?

La mesure devrait 3,4 millions par année, plus 5 millions pour la mise en place lors du premier exercice comptable. Les économies réalisées sur les heures supplémentaires ne se monteraient, elles, qu’à 2,4 millions par an. Le calcul est vite fait : l’application de ce projet coûterait 1 million de francs par an au contribuable bernois.

 

Une commission spéciale pour trouver un compromis

Le président de la commission des finances du canton de Berne nous l’a révélé ce jeudi, une commission spéciale sera établie pour proposer un compromis politiquement plus acceptable. La décision a été prise jeudi matin après une séance réunissant Béatrice Simon, directrice des finances, la commission des finances et la commission de haute-surveillance.

Cette commission ad hoc sera créée lors de la session de janvier prochain et aura la lourde tâche de trouver le juste milieu entre le projet du gouvernement, qui règle le problème des heures supplémentaires – ce qui devrait plaire au Grand Conseil à majorité de droite – mais au prix d’une large augmentation de ses membres – ce qui, là par contre, devrait susciter l’ire des députés. « Il sera très compliqué de faire passer le projet du gouvernement bernois tel quel devant le Grand Conseil », lance Heinz Siegenthaler. Le président de la commission des finances espère qu’un compromis sera trouvé : « La commission spéciale pourrait proposer de baisser les 15% de bonus des conseillers d’Etat à 10%, par exemple ». /tsc


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus