Comptes adoptés dans un climat tendu

L'ombre des coupes budgétaires plane sur l'examen des comptes du canton de Berne. C'est dans ...
Comptes adoptés dans un climat tendu

Le Grand Conseil bernois a pris acte à une quasi unanimité des comptes bénéficiaires 2016, mais chaque groupe a fait part de ses craintes au sujet des coupes budgétaires à venir

Le Grand Conseil bernois lors de la session de juin 2017. Le Grand Conseil bernois lors de la session de juin 2017.

L'ombre des coupes budgétaires plane sur l'examen des comptes du canton de Berne. C'est dans une ambiance tendue que le Grand Conseil a accepté lundi à une quasi unanimité l'exercice 2016, qui boucle sur un bénéfice de 221 millions de francs.

Chaque groupe a fait part de ses craintes pour l'avenir, vu que le Conseil-exécutif prévoit une dégradation financière importante ces prochaines années.

 

Baisser les impôts ou maintenir les prestations

Le gouvernement va présenter cet été toute une série de coupes budgétaires. Les députés ont profité de la discussion sur les comptes pour exprimer leur point de vue et leurs revendications sur ces mesures d'économie.

La majorité de la droite a rappelé l'importance à ses yeux de concrétiser ces coupes budgétaires, pour assurer une stabilité financière sur le long terme et permettre une baisse des impôts. Elle a demandé au gouvernement d'explorer toutes les pistes possibles, y compris l'externalisation de certains services.

A gauche, les députés soutiennent qu'un démantèlement des prestations n'est pas nécessaire, qu'il faut travailler sur une augmentation des recettes et non une diminution des dépenses. Le Parti évangélique, lui, a déjà affirmé qu'il n'accepterait aucune mesure qui vise les personnes les plus faibles de la société et qu'il est hors de question de faire des économies sur les générations futures.

 

Manifestants à la tribune

Le débat de ce lundi n'est qu'un petit avant-goût des discussions houleuses qui s'annoncent cet automne. Et la tension est encore montée d'un cran en fin d'après-midi lorsque des manifestants ont perturbé la session. Quelques membres des jeunes socialistes ont déployé une banderole depuis la tribune et provoqué un gros tintamare.

Ils dénoncent l'attitude des politiciens qui ne remettent même pas en cause la nécessité de faire des coupes budgétaires. Ils craignent que les économies touchent particulièrement les domaines de la formation, des soins et du service public. Les jeunes socialistes ont l'intention d'organiser d'autres manifestations pour sensibiliser public et élus aux enjeux majeurs de ces coupes. /mvr


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus