Fronde citoyenne contre un AGGLOlac surdimensionné

« Nous ne sommes pas contre AGGLOlac, mais nous ne voulons pas du projet tel qu’il est présenté ...
Fronde citoyenne contre un AGGLOlac surdimensionné

Le comité doute que les espaces publics situés entre les bâtiments puissent vraiment être utilisés pour la détente Le comité doute que les espaces publics situés entre les bâtiments puissent vraiment être utilisés pour la détente

« Nous ne sommes pas contre AGGLOlac, mais nous ne voulons pas du projet tel qu’il est présenté par la société Mobimo » : la nouvelle association « Stop AGGLOlac » s’est présentée à la presse lundi matin à Bienne. Elle réunit actuellement 150 membres, dont 21 conseillers de ville de la cité seelandaise et de Nidau. Ils sont issus de pratiquement tous les partis politiques, des socialistes à l’UDC. Le comité dénonce le projet de quartier qui doit voir le jour au bord du lac de Bienne, sur le territoire de Nidau. Il déplore notamment que les avis exprimés pendant la phase de consultation n’aient pas été suffisamment pris en compte, mais aussi les risques pour les deux communes.

 

De Venise à New-York

« On nous a présenté une petite Venise, et aujourd’hui on veut construire un quartier de New-York » : ces mots de l’UDC de Nidau Markus Baumann résument bien la position de « Stop AGGLOlac ». Le comité ne veut pas voir pousser des immeubles de dix étages sur les rives, et encore moins une tour de 70 mètres. Il s’insurge aussi contre la volonté de Bienne et Nidau de vendre un terrain précieux, plutôt que d’accorder un droit de superficie à la société Mobimo. Les deux communes pourraient ainsi garder un certain contrôle sur la réalisation du projet. Une motion sur ce point sera bientôt traitée par les autorités.

 

Des coûts sous-estimés

Le comité ajoute que de nombreux coûts ne sont pas pris en compte, notamment pour la création de classe d’école. Le socialiste de Nidau Tobias Egge estime qu’il faudra prévoir de la place pour accueillir 250 enfants supplémentaires, ce qui représente l’équivalent d’un établissement comme l’école Baleinen. Les risques pour les finances publiques seraient eux aussi énormes selon les opposants, en particulier pour Nidau.

 

Consultation pour la forme

Au-delà de ces aspects, « STOP AGGLOlac » regrette que les avis des personnes et associations sportives ou culturelles concernées par ce projet n’aient pratiquement pas été pris en compte suite à la phase de consultation. En agissant de la sorte, Mobimo a créé des problèmes et des oppositions qui auraient pu être évités.

 

Des espaces publics en danger

Le comité dénonce encore une grande diminution de l’espace public réellement utilisable. Les surfaces devraient augmenter, mais Mobimo prend en compte les terrains entre les bâtiments d’habitation. Le comité doute que les habitants puissent en profiter pour faire des grillades, par exemple. Il demande au promoteur et aux autorités de revoir le projet en profondeur avant la votation populaire qui doit avoir lieu fin 2018. Si rien ne change, le comité promet qu’il s’opposera à la réalisation d’AGGLOlac. /ast


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus