Le parlement atténue les coupes dans les soins à domicile

La pression se relâche un peu sur les services d'aide et de soins à domicile. Le Grand Conseil ...
Le parlement atténue les coupes dans les soins à domicile

Les députés bernois ne veulent pas économiser 8 millions de francs dès l'année prochaine sur le dos des personnes âgées. Ils ont décidé d'offrir une période transitoire aux services d'aide et de soins à domicile et de réduire le montant de la mesure

 Le Grand Conseil bernois en plein débat sur plan d'allégement, qui prévoit plus de 150 mesures afin d'économiser 560 millions de francs d'ici 2021, puis 185 millions de francs par année.

La pression se relâche un peu sur les services d'aide et de soins à domicile. Le Grand Conseil bernois a décidé mercredi d'atténuer les coupes budgétaires prévues dans ce domaine par le gouvernement.

Les députés ne veulent pas économiser 8 millions de francs dès l'année prochaine sur le dos des personnes âgées. Ils ont décidé d'offrir une période transitoire aux services d'aide et de soins à domicile pour adapter le système (abandon des contributions individuelles). La coupe interviendra en 2019 et sera réduite à 6 millions de francs.

 

La droite ne suit pas le Conseil-exécutif

Même l'UDC et le PLR ont jugé le projet du gouvernement trop sévère, en soulignant que des économies importantes dans les soins à domicile risquaient de générer davantage de dépenses dans d'autres secteurs, vu que les personnes âgées devront s'installer plus rapidement en EMS. Ils estiment cependant que des économies sont tout de même réalisables, en favorisant les synergies entre les différents services et en améliorant l'organisation de ces derniers.

Le Grand Conseil a en revanche décidé de maintenir une augmentation de la participation des patients aux coûts des soins à domicile. La gauche a tenté en vain de biffer les mesures d'économies prévues dans ce domaine.

 

Débat laborieux

L'examen des coupes budgétaires se poursuit jeudi au Grand Conseil bernois et prend des airs de marathon. Le bureau du parlement ne cesse de revoir à la hausse la durée des débats, en deux jours seules une cinquantaine de propositions de modifications du plan d'allègement ont été discutées sur un total de 120 propositions.

Jusqu'ici, la plupart des mesures ont été validées malgré les multiples tentatives de la gauche de s'y opposer. Les subventions cantonales sont notamment revues à la baisse dans les secteurs suivants : les institutions en charge de personnes handicapées, les centres de jour qui accueillent des personnes âgées, les prestations pour les bénéficiaires de l'aide sociale, la formation dans le domaine des soins hospitaliers, les associations de sauvetage et de samaritains, l'innovation médicale et la prévention des dépendances.

En revanche, une majorité du parlement a décidé d'atténuer de moitié la réduction des contributions aux prestations psychiatriques ambulatoires. Elle exige également du Conseil-exécutif qu'il reviennent l'année prochaine avec de nouvelles propositions de coupes budgétaires pour compenser celles supprimées ou modifiées par le Grand Conseil. /mvr


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus