Le parlement adopte un programme d'allégement édulcoré

Après 30 heures de débat et près de 200 votes, le Grand Conseil bernois a finalement approuvé ...
Le parlement adopte un programme d'allégement édulcoré

Après avoir modifié ou biffé une partie des coupes budgétaires, le Grand Conseil bernois a voté mardi le plan d'austérité proposé par le gouvernement

 Le Grand Conseil bernois lors de sa session de novembre.

Après 30 heures de débat et près de 200 votes, le Grand Conseil bernois a finalement approuvé mardi matin le plan d'allégement budgétaire. Une discussion « longue et difficile », ont affirmé les députés de tous bords.

Certaines coupes ont été biffées par le parlement, d'autres ont été renforcées (voir liste ci-dessous) mais personne n'était véritablement satisfait du résultat final : la droite aurait voulu économiser davantage et baisser l'impôt des personnes physiques, la gauche aurait souhaité limiter les effets sur les citoyens les plus faibles et augmenter les subsides à l'assurance-maladie. Le plan d'allègement a été approuvé par 100 voix contre 30 et 17 abstentions, le budget 2018 et le plan financier 2019-2021 ont aussi été adoptés.

La gauche a voté non ou s'est abstenue, minoritaire au parlement elle faisait grise mine mardi après avoir essuyé des refus pour la plupart de ses propositions de modifications. Elle regrette tout particulièrement qu'aucun consensus n'ait été trouvé pour limiter la casse dans le domaine de la prise en charge des personnes en situation de handicap.

Les coupes biffées ou modifiées par le Grand Conseil ont des conséquences sur les finances : d'après les projections du canton, le solde de financement passe dans le rouge dès 2019 (-10 millions), et y reste en 2020 (-3,8 millions) ainsi qu'en 2021 (-5 millions). La droite estime que ces résultats négatifs ne sont pas catastrophiques et que la reprise économique permettra d'augmenter les rentrées fiscales. Mais la majorité du parlement exige du gouvernement qu'il revienne avec de nouvelles coupes budgétaires si les finances devaient rester dans le rouge. /mvr

Exemples de mesures modifiées par le parlement

Coupes biffées :

- report sur les communes de l'entier des contributions au transport scolaire

- baisse des subventions pour les régions à faible tourisme de séjour

- suppression du financement des consultations conjugales et familiales

- réduction du montant des frais de séjour imputables maximaux pour les bénéficiaires de prestations complémentaires en foyer ou en hôpital

- abandon de l'obligation de disposer d'une autorisation pour gérer des établissements dans le cadre de l'exercice de la prostitution

- réduction des subventions d'encouragement pour la réfection de bâtiments

 

Coupes édulcorées :

- baisse réduite de 8 à 6 millions pour les services d'aide et de soins à domicile et entrée en vigueur en 2019 au lieu de 2018

- baisse réduite de 5 à 2 millions pour les contributions aux prestations psychiatriques ambulatoires

- abandon des subventions et dissolution de la Commission de l'enfance et de la jeunesse (y compris de la Commission de la jeunesse du Jura bernois), mais le financement pour le parlement des jeunes est maintenu

- baisse des subventions dans le domaine du sport : soutien abandonné pour les camps, les réseaux sportifs locaux, le Forum du sport bernois et le concours School Dance Award. Mais augmentation de 20 % de l'offre des cours Jeunesse et Sport, avec une hausse du coût journalier par participant de 10 francs par jour

- suppression de prestations dans les écoles d'horticulture d'Oeschberg et de Hünibach : pas de baisse des subventions mais exigence d'économies sur le long terme

 

Coupes renforcées :

- diminution des subventions aux fusions de communes (de 3 à 2 millions par an)

- réduction de l'intérêt sur les impôts perçus en trop de 1,5 % à 0,5 % (taux actuel : 3,5%)

 


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus