Le siège du Jura bernois n’ira pas aux francophones

Les députés bernois ont refusé lundi une motion demandant d’ouvrir le siège gouvernemental ...
Le siège du Jura bernois n’ira pas aux francophones

Les députés bernois ont refusé lundi une motion demandant d’ouvrir le siège gouvernemental réservé au Jura bernois à toute la population francophone du canton

Le siège du Jura bernois au Conseil-exécutif, occupé actuellement par Pierre Alain Schnegg, ne sera pas élargi à tous les francophones.  Le siège du Jura bernois au Conseil-exécutif, occupé actuellement par Pierre Alain Schnegg, ne sera pas élargi à tous les francophones. 

Un siège au Conseil-exécutif reste dévolu au Jura bernois. Le Grand Conseil a refusé lundi d’élargir ce privilège à tous les francophones du canton. Il a rejeté par 125 voix contre 15 et 6 abstentions une motion des Vert’libéraux qui souhaitait lier la garantie de ce siège non plus à un territoire mais à une minorité linguistique. Le pvl estime que le conseiller d’État qui s’assoit dans ce siège « représente en premier lieu les intérêts de la population francophone du canton et non uniquement ceux de la population francophone du Jura bernois ». Une motion dans le même sens avait été déposée par Mohammed Hamdaoui, puis retirée en septembre dernier.

Le député socialiste biennois et sa collègue de parti, Samantha Dunning, ont tenté en vain de convaincre le parlement qu’il était important de clarifier la question de la représentativité des francophones. L’élue biennoise a expliqué qu’il y avait un véritable malaise à Bienne, que les francophones se sentaient inexistants et qu’une étude permettrait d’ouvrir le débat.

Mais l’écrasante majorité du Grand Conseil a suivi l’avis du Conseil-exécutif qui proposait de rejeter la motion. Le gouvernement a rappelé que les candidats pouvant prétendre au siège du Jura bernois sont identifiés sur un critère territorial et linguistique : « Ainsi le cercle des personnes bénéficiant de ce statut particulier est clairement identifiable et selon un critère dont l’application est simple et fiable ». Le gouvernement estime que le critère de la langue est peu fiable et difficilement applicable, surtout dans une région comptant de nombreux bilingues. Il conclut que : « selon le droit en vigueur, un ou une Francophone qui n’est pas domiciliée dans le Jura bernois est éligible et pourrait occuper un des six autres sièges du Conseil-exécutif ». /mvr


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus