Aide sociale : le Grand Conseil s’oppose au projet populaire

Projet populaire « pour une aide sociale efficace » ou révision de la loi adoptée en mars ? ...
Aide sociale : le Grand Conseil s’oppose au projet populaire

Projet populaire « pour une aide sociale efficace » ou révision de la loi adoptée en mars ? Le Grand Conseil recommande aux citoyens de voter en faveur de la révision

Le Grand Conseil est défavorable au projet populaire « pour une aide sociale efficace » Le Grand Conseil est défavorable au projet populaire « pour une aide sociale efficace »

Quel sera l’avenir de l’aide sociale dans le canton de Berne ? Les citoyens auront le dernier mot. Ils seront appelés aux urnes l’année prochaine pour se prononcer sur la révision de la loi adoptée par le Grand Conseil en mars et qui prévoit des coupes de 8% dans le domaine. Les Bernois voteront par ailleurs sur le projet populaire déposé l’été dernier qui s’oppose à ces coupes et qui a récolté 16'321 signatures.

Le Grand Conseil s’est penché sur le dossier jeudi. Il recommande de rejeter le projet populaire « pour une aide sociale efficace », et d’accepter la révision de la loi approuvée en mars. C’est ce message qui figurera dans le matériel de vote que recevront les citoyens. A gauche et au centre, les élus ont tenté de s’opposer à l’inscription de cette recommandation. Le PS, les Verts et le PEV soutiennent le projet populaire, mais la majorité en a décidé autrement, par 87 voix contre 59 et une abstention.

 

Coup de pouce aux chômeurs âgés

Ce projet se divise en deux demandes : d’une part, il demande que les prestations soient réglementées par les normes CSIAS, la Conférence suisse des institutions d’action sociale, et de l’autre, il propose que les chômeurs de plus de 55 ans ne soient plus soutenus par l’aide sociale, mais par les prestations complémentaires de l’AVS et de l’AI. C’est d’ailleurs surtout ce dernier élément qui a fait débattre. Pour les signataires du projet, un tel transfert permettrait de lutter contre la pauvreté et de conserver la dignité de ces personnes qui ont travaillé et cotisé toute leur vie.

 

Coup de massue pour le canton et les communes

Mais pour les députés de droite, ce serait la porte-ouverte à toutes sortes de débordements. Les entreprises pourraient être incitées à licencier plus facilement leurs employés les plus âgés, et les chômeurs des cantons voisins pourraient venir s’installer sur le territoire bernois pour bénéficier de ces prestations. L’argument financier a aussi été cité à plusieurs reprises par l’UDC, le PLR, le PBD et les Verts libéraux. Le projet populaire coûtera trop cher et le canton de Berne n’en a pas les moyens.

 

Les chiffres doivent être vérifiés

Si ces questions ont divisé le parlement, un élément a réussi à mettre tout le monde d’accord : les chiffres présentés dans le rapport du Conseil-exécutif ne sont pas fiables. A droite comme à gauche, les députés ont demandé à ce que les données présentées soient vérifiées par des experts indépendants, afin que les ayant-droits puissent voter en toute connaissance de cause.

Les Bernois auront donc le dernier mot quant à l’avenir de l’aide sociale. La date de la votation n’a pas encore été fixée. /mdu


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus