Appartenance religieuse : une question délicate

Le Conseil-exécutif estime qu’il faut faire preuve de prudence dans le recensement de l’appartenance ...
Appartenance religieuse : une question délicate

Le Conseil-exécutif estime qu’il faut faire preuve de prudence dans le recensement de l’appartenance religieuse des Bernois

Hervé Gullotti, député PS de Tramelan, propose de modifier la manière dont les Bernois déclarent leur religion. (Photo: archives) Hervé Gullotti, député PS de Tramelan, propose de modifier la manière dont les Bernois déclarent leur religion. (Photo: archives)

L’appartenance religieuse est une donnée sensible qu’il faut traiter avec prudence. C’est en substance la réponse du Conseil-exécutif à une motion déposée par Hervé Gullotti. Le député socialiste demandait au gouvernement d’élaborer les bases légales permettant de distinguer l’appartenance religieuse des personnes domiciliées dans les communes bernoises de manière plus précise. Selon lui, cela permettrait notamment d’améliorer les politiques d’intégration et de montrer du respect envers les citoyens engagés activement dans leur croyance. Pour le gouvernement, d’autres facteurs sont à prendre en compte.

La liberté de religion inscrite dans les Constitutions fédérale et cantonale s’oppose à une saisie de l’appartenance religieuse, à moins qu’il n’existe un intérêt public prépondérant. Le Conseil-exécutif rappelle que toutes les personnes croyantes qui « n’appartiennent pas à une communauté religieuse reconnue de droit public » ne souhaitent pas nécessairement dévoiler cette appartenance aux autorités. Pour le gouvernement, les avantages mis en avant dans la motion ne justifient pas de recensement systématique. Il faut avant tout des données anonymes pour remplir ces objectifs, et il serait difficile de garantir l’anonymat dans les petites communes. Le Conseil-exécutif ne ferme pas la porte à la proposition déposée par Hervé Gullotti mais estime que cette question nécessite un examen approfondi, notamment sur la question de l’intérêt public prépondérant.

Au vu de ces éléments, le gouvernement bernois recommande l’adoption de la motion sous la forme moins contraignante du postulat. /ast


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus