Casse-tête en gare de Moutier

Les correspondances sont difficiles à gérer pour les voyageurs entre Delémont et la Vallée ...
Casse-tête en gare de Moutier

Les correspondances sont difficiles à gérer pour les voyageurs entre Delémont et la Vallée de Tavannes. Et aucune solution ne se dessine à court terme, selon le Conseil-exécutif

La situation actuelle incite les voyageurs à renoncer aux transports publics, selon les motionnaires. (Photo : archives) La situation actuelle incite les voyageurs à renoncer aux transports publics, selon les motionnaires. (Photo : archives)

La gare de Moutier, véritable casse-tête pour les correspondances. De nombreux élus de la région l’ont souligné dans une motion déposée en mars au Grand Conseil. Ils déplorent notamment d’importants problèmes de connexions entre la Vallée de Tavannes et Delémont, des soucis qui incitent les passagers à renoncer aux transports publics selon eux. Le Conseil-exécutif vient de répondre à l’intervention, et on ne va pas vraiment vers le mieux. Les autorités se disent conscientes de la situation, mais les démarches entreprises jusqu’à maintenant n’ont pas permis de les résoudre. La Conférence régionale des transports Bienne-Seeland-Jura bernois a bien tenté de remettre de l’ordre dans les horaires. C’est impossible selon elle puisque l’amélioration de la situation à Moutier déplacerait le problème dans d’autres gares, notamment à Bienne.


Horaires irréguliers et inadaptés

Peter Gasser (PSA), porte-parole des motionnaires qui réunissent des députés de plusieurs partis (PSA, PDC, PEV et PLR), rappelle la situation. Les passagers qui voyagent de Delémont en direction de la Vallée de Tavannes, ou l’inverse, sont confrontés à des temps d’attente de quasi 30 minutes à Moutier selon les heures. Dans d’autres cas, le battement n’est que de 3 minutes pour changer de train, ce qui est bien souvent impossible vu les retards fréquents. Les intervenants critiquent également le fait qu’un train sur deux entre Tavannes et Moutier s’arrête à Malleray avant de repartir à Sonceboz, alors qu’en direction de Bienne deux voyages sont assurés chaque heure. Ils soulignent que Delémont, qui abrite la HEP-BEJUNE et la HE-Arc, se doit d'être accessible de manière optimale.

Le Conseil-exécutif est clair: il n'interviendra pas auprès des CFF. Le gouvernement recommande toutefois au Grand Conseil d'accepter la motion sous forme de postulat. La demande est selon lui justifiée, mais elle ne pourra trouver une solution que dans le cadre des planifications d'infrastructures nationales. /oza


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus