Toujours pas de vote pour les étrangers

Les communes bernoises ne pourront pas octroyer le droit de vote à leurs ressortissants étrangers ...
Toujours pas de vote pour les étrangers

Les communes bernoises ne pourront pas octroyer le droit de vote à leurs ressortissants étrangers. Une motion de la députée biennoise Samantha Dunning a été rejetée de justesse jeudi par le Grand Conseil

C'est un nouvel échec pour les partisans de l'extension des droits populaires dans le canton de Berne. (Image d'illustration) C'est un nouvel échec pour les partisans de l'extension des droits populaires dans le canton de Berne. (Image d'illustration)

Les communes bernoises ne pourront pas octroyer le droit de vote à leurs résidents étrangers, même sous conditions. Le Grand Conseil a rejeté d’un souffle (76 non, 68 oui et 3 abstentions) jeudi matin une motion de la Biennoise Samantha Dunning. C’est un nouvel échec pour les partisans d’une extension des droits populaires dans le canton de Berne. Le législatif cantonal avait déjà balayé une motion en ce sens en novembre 2017. Le peuple s'était aussi prononcé à plus de 70% en défaveur de l’initiative constitutionnelle « vivre ensemble – voter ensemble » en 2010. La socialiste Samantha Dunning regrette évidemment ce résultat, qui n'était selon elle qu'un petit pas vers l'extension des droits populaires. Chaque commune aurait en effet eu la possibilité de choisir son mode de fonctionnement en vertu de ses propres réalités démographiques et de sa sensibilité.

Derrière la gauche, plusieurs députés du centre ont ouvert une brèche, c’est le principal enseignement à tirer de ce résultat. Samantha Dunning y voit l'évolution des mentalités. Du côté de l’UDC, de l'UDF ou encore du PLR, les fronts sont restés figés. On estime que la naturalisation reste le meilleur moyen de s’intégrer. « Le droit de vote ne doit pas amener l’intégration, c’est l’intégration et donc la naturalisation qui doit mener au droit de vote », a notamment déclaré l'UDC Jakob Schwarz. Un avis que partage le député PLR de Court Jean-Luc Niederhauser :

En Suisse, huit cantons disposent de réglementations pour le suffrage étranger en matière communale. Fribourg, Neuchâtel, Jura et Vaud accordent aux personnes étrangères - à des conditions différentes - le droit de vote ainsi que le droit d’éligibilité actif et passif dans toutes les communes. En Suisse alémanique, trois cantons (Grisons, Bâle-Ville et Appenzell Rhodes-Extérieures) disposent d’un suffrage étranger facultatif, au sens où ils autorisent leurs communes à l’introduire à leur niveau. /oza


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus