Des millions pour alléger la paperasse

La majorité du Grand Conseil a donné son aval jeudi pour la libération d’un crédit de 5,5 ...
Des millions pour alléger la paperasse

La majorité du Grand Conseil a donné son aval jeudi pour la libération d’un crédit de 5,5 millions destiné à la mise en place d’un nouveau logiciel pour gérer les dossiers de la police cantonale bernoise et du Ministère public

Un nouveau système de gestion des dossiers doit permettre de simplifier le travail de la police et du Ministère publique. (Photo libre de droits). Un nouveau système de gestion des dossiers doit permettre de simplifier le travail de la police et du Ministère publique. (Photo libre de droits).

Le Grand Conseil accepte de mettre encore une fois la main au porte-monnaie pour simplifier le travail de la police et du Ministère public. Les députés ont approuvé jeudi matin, lors de la dernière journée de session d’hiver, de débloquer un crédit supplémentaire de 5,5 millions pour l’acquisition d’un nouveau système de gestion des dossiers. Les Verts ont tenté, en vain, de rejeter cette enveloppe, la troisième qui passe devant le parlement cantonal pour ce logiciel développé par Swisscom.


Un dossier mal piloté

Le Grand Conseil avait déjà validé un premier crédit de 13,5 millions en novembre 2016 pour la mise en place de ce nouveau système numérique commun au service de police et au Ministère public. Un nouveau système qui doit permettre aux collaborateurs des deux entités d’entrer facilement des données, directement depuis le terrain pour les agents de police par exemple. C’est un moyen de simplifier les échanges de dossiers mais aussi d’alléger la charge administrative des policiers a précisé le directeur de la sécurité, Philippe Müller. La mise en place de ce produit semble compliquée. Les tests ont montré que tout n’était pas au point et il y a six mois, un 2e crédit de 1 million de francs a atterri sur la table du parlement cantonal qui l’avait alors approuvé.


Crédit critiqué mais accepté

Aujourd’hui, cette troisième requête pour achever le projet a fait grincer des dents. Si l’importance et la nécessité de ce nouveau logiciel n’ont pas été mises en doute, tous les partis en présence se sont accordés pour soulever les dysfonctionnements dans le pilotage de ce dossier. Un manque de rigueur qui a abouti à cette cascade de crédits, selon de nombreux députés. C’est donc un oui pour ce troisième crédit mais c’est la dernière fois ont martelé les élus à la tribune.

La proposition de renvoi des Verts a finalement été balayée par une large majorité. La nouvelle enveloppe de 5 millions et demi de francs a, elle, été approuvée par 98 oui, 22 non et 16 abstentions.

Si aucun autre imprévu ne vient freiner les travaux, ce nouveau système devrait être fonctionnel à l’horizon 2025. /nme


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus