Formation : des solutions pour les futurs anciens écoliers

Plus de 97% des élèves en fin de scolarité obligatoire ont une solution pour la rentrée selon ...
Formation : des solutions pour les futurs anciens écoliers

Plus de 97% des élèves en fin de scolarité obligatoire ont une solution pour la rentrée selon une enquête du canton de Berne. Dans le Jura bernois et à Bienne, ceux qui optent pour un apprentissage sont en augmentation

Plus de 97% des élèves bernois ont choisi ce qu'ils voulaient faire de leur avenir après l'été. (Photo libre de droits / illustration). Plus de 97% des élèves bernois ont choisi ce qu'ils voulaient faire de leur avenir après l'été. (Photo libre de droits / illustration).

Les choix des élèves en fin de scolarité obligatoire sont stables par rapport aux années précédentes dans le canton de Berne. Un peu plus de la moitié (51%) commencera un apprentissage après les vacances d’été et plus de 97% ont une solution pour la rentrée.

Après les vacances d’été, 79% des jeunes bernois en fin de scolarité obligatoire entreront directement dans une formation professionnelle initiale, au gymnase ou dans une école de maturité spécialisée. A titre de comparaison, le taux s'était fixé à 77% il y a un an, a indiqué jeudi à Berne la Direction de l'instruction publique.


Apprentissages en hausse

Dans la partie francophone, les pourcentages annuels varient plus fortement, en raison d’un effectif d’élèves plus faible. La part de jeunes qui ont choisi le gymnase est stable par rapport aux années précédentes, tandis que le pourcentage de ceux qui se tournent vers une école de maturité spécialisée augmente légèrement depuis 2018.

Par rapport à l’an dernier, dans le Jura bernois et à Bienne, il y a de nouveau un peu plus d’élèves qui optent pour un apprentissage débouchant sur une attestation fédérale de formation professionnelle (AFP) ou sur un certificat fédéral de capacité (CFC). Ils sont ainsi 46% en 2021, contre 43% en 2020.


Entreprises motivées

Dans la partie germanophone, les taux d’entrée en formation professionnelle initiale sont stables. Pour les écoles de maturité spécialisée, le pourcentage est le même qu’en 2020, mais il augmente légèrement depuis plusieurs années. Les autres élèves libérables (18%) ont adopté une solution transitoire cantonale ou privée.

Au-delà, la motivation des entreprises pour la formation ne faiblit pas. Les jeunes ont pu découvrir des métiers grâce à des stages préprofessionnels en ligne et à des salons des métiers virtuels. Des bourses de l’emploi en ligne les ont mis en contact avec des firmes formatrices, a précisé la Direction de l'instruction publique.

L'enquête est réalisée en ligne dans le canton de Berne en mai de chaque année. Les données sont collectées par les centres d'orientation professionnelle dans les écoles publiques et privées ayant des classes de dernier niveau de scolarité obligatoire. Cette année, le taux de réponse est de 89%, soit 8'309 élèves libérables.


Prêts pour les défis à venir

Le chef de la section francophone à l'Office des écoles moyennes et de la formation professionnelle se réjouit de ces chiffres qui sont « beaucoup plus positifs que ce que l’on craignait ». Florent Cosandey salue le très fort investissement des écoles et aussi des employeurs, ces derniers ayant bataillé pour proposer des places d'apprentissage malgré la pandémie et des difficultés financières. Le secteur de la formation a montré selon lui une exceptionnelle capacité de résilience. Les défis à venir restent toutefois importants puisque le nombre d'élèves en fin de scolarité obligatoire va augmenter ces prochaines années. « Les différents acteurs doivent poursuivre leurs efforts, même s’il faudra d’abord un peu se reposer », tempère Florent Cosandey, qui évoque 18 derniers mois particulièrement éprouvants. Le responsable se dit toutefois convaincu de la force du système de formation dans le canton de Berne. /ats-gtr-oza

Florent Cosandey : « Il va falloir souffler un peu désormais »


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus