Elections cantonales : les stratégies s'affinent

Tant la droite que la gauche partiront unies en vue des élections cantonales du 27 mars 2022 ...
Elections cantonales : les stratégies s'affinent

Tant la droite que la gauche partiront unies en vue des élections cantonales du 27 mars 2022 au Conseil-exécutif. Deux tickets panachés se profilent, avec au final une seule candidature francophone

Qui pour occuper la salle du Conseil-exécutif après les élections de mars prochain ? (Photo: Manuel Stettler - canton de Berne). Qui pour occuper la salle du Conseil-exécutif après les élections de mars prochain ? (Photo: Manuel Stettler - canton de Berne).

Les stratégies s’affinent en vue des élections cantonales bernoises du 27 mars 2022, du moins dans la course au Conseil-exécutif. Mardi soir, le comité des Verts a décidé de présenter la sortante Christine Häsler. Elle prendra place sur le ticket de l’alliance rose-verte aux côtés de trois socialistes : les sortants Christoph Ammann et Evi Allemann ainsi que le maire de Bienne Erich Fehr. Les Verts bernois renoncent donc à la candidature francophone de la députée de Tramelan Moussia de Watteville, qui s'était mise à disposition de son parti. L’alliance de gauche ne présentera ainsi aucun candidat du Jura bernois, ce que regrette Moussia de Watteville : 

« Le principal pour nous, c’est de soutenir notre conseillère d’Etat »

La présidente des Verts bernois Natalie Imboden aurait préféré un ticket à cinq, avec deux candidatures de son parti. Ce n'était pas possible en l'état actuel, nous a-t-elle expliqué mercredi, mais cette décision ne signifie pas pour autant un abandon du Jura bernois : « Il était important pour nous d’avancer avec nos alliés. C’est le seul moyen de bousculer la majorité bourgeoise. Mais la stratégie sera peut-être différente en2026. Pour mars 2022, nous comptons déjà énormément sur le Jura bernois, aussi pour les élections au Grand Conseil. »


Droite unie, voie royale pour Pierre Alain Schnegg

A droite, l’UDC a confirmé mardi soir les candidatures des deux sortants Pierre Alain Schnegg et Christoph Neuhaus. Le parti agrarien ne partira pas seul au combat puisque le conseiller d’Etat PLR sortant Philippe Müller et la candidate du Centre Astrid Bärtschi compléteront le ticket de droite. Une stratégie que défend le président de la section bernoise de l’UDC, Manfred Bühler  :

« Un ticket uni a de meilleures chances de réussite »

Rappelons que selon la Constitution cantonale, un siège au gouvernement est garanti au Jura bernois. L'alliance de gauche ayant renoncé à présenter un candidat francophone, l'UDC Pierre Alain Schnegg bénéficie d’une voie royale en vue de sa réélection. /oza


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus