Pas de « liberté totale » pour les non vaccinés

Une personne non vaccinée ne doit pas être désavantagée dans le canton de Berne. C’était l’objet ...
Pas de « liberté totale » pour les non vaccinés

Une personne non vaccinée ne doit pas être désavantagée dans le canton de Berne. C’était l’objet d’une motion discutée mardi au Grand Conseil bernois. Un texte rejeté largement par 118 voix contre, 29 pour et deux abstentions

Le directeur de la santé publique Pierre Alain Schnegg a rappelé une fois encore qu'à l'heure actuelle, le vaccin reste le meilleur outil de lutte contre le Covid. (Photo : Canton de Berne). Le directeur de la santé publique Pierre Alain Schnegg a rappelé une fois encore qu'à l'heure actuelle, le vaccin reste le meilleur outil de lutte contre le Covid. (Photo : Canton de Berne).

Une personne non vaccinée ne doit pas être désavantagée dans le canton de Berne. C’était l’objet d’une motion discutée mardi au Grand Conseil bernois. Un texte porté par des députés UDC, UDF, verts et sans partis, qui a été rejeté largement par 118 voix contre, 29 pour et deux abstentions. « Le Conseil-exécutif devrait dans la mesure de ses possibilités faire en sorte qu’aucun Bernois ne soit péjoré parce qu’il s’oppose au vaccin. » C’est la requête formelle adressée mardi par le député UDF Samuel Kullmann. Un élu qui ne cache pas sa méfiance envers les vaccins proposés sur le marché et qui demande une totale liberté et responsabilité personnelle dans ce choix. 

Une demande de liberté « dictée par le Moi, pas par le Nous », a critiqué la députée du PEV Margret Von Bergen, suivie par de nombreux élus dont la verte Moussia de Watteville. « Je suis contre l’obligation de la vaccination, que chacun choisisse sa voie, mais qu’il ne vienne pas demander des comptes », a-t-elle déclaré. « Responsabilité individuelle ne veut pas dire que je fais ce que je veux », a appuyé le vert-libéral Hannes Zaugg.


Un désavantage commenté par Pierre Alain Schnegg

Le directeur de la santé Pierre Alain Schnegg a eu le mot de la fin. Il a dit regretter profondément la division sociale qui prévaut actuellement. Il s’est d’ailleurs dit personnellement contre l’obligation de la vaccination. Tout en reconnaissant l’échec de la communication étatique sur ce thème, le conseiller d’Etat a insisté : « Le fait de ne pas se faire vacciner est un clair désavantage pour la personne concernée. La probabilité de tomber malade, et gravement, est nettement plus élevée tout comme celle de contaminer les autres. » Et d’enchaîner : « Oui, le vaccin protège peut-être moins qu’escompté, mais il reste un instrument très fiable. » Toujours selon Pierre Alain Schnegg, une personne non vaccinée présente un risque neuf fois plus élevé de recourir à un lit de soins intensifs. « Un tel lit Covid représente douze personnes qui attendent une opération cardiaque. Cela doit faire réfréchir. » /oza


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus