Législatif clairsemé mais animé à St-Imier

Le Conseil de ville de St-Imier a vécu une séance riche et électrique pour son ultime réunion ...
Législatif clairsemé mais animé à St-Imier

Le Conseil de ville de St-Imier a vécu une séance riche et électrique pour son ultime réunion de l'année. Il a soutenu l'idée de procéder à une rénovation complète de la piscine et a débloqué une cascade de crédits, non sans vifs débats 

Le Conseil de ville a terminé 2021 avec 10 absents mais de vives discussions. Le Conseil de ville a terminé 2021 avec 10 absents mais de vives discussions.

La dernière séance de l’année du Conseil de ville a été quelque peu houleuse jeudi soir à St-Imier. Ce n’est pas tant le dossier de la piscine qui a fait des vagues mais davantage des désaccords sur les formulations de l’ordre du jour. Des mésententes qui ont provoqué une première suspension de séance seulement 11 minutes après son ouverture (!)

Finalement, après quelques discussions et votes sur les procédures, les élus ont pu se pencher sur l’un des gros points de la soirée, à savoir l’assainissement de la piscine en plein air. C’est la variante la plus onéreuse à 3,9 millions de francs qui a reçu les faveurs de la cote. Le législatif s’est montré unanime sur le fait que la commune devait se munir d’une infrastructure de loisirs attractive et pérenne. Ce crédit devra encore être approuvé par les ayants-droit de la commune le 13 février prochain. Si l’objet passe la rampe, la première étape dite « technique » du chantier pourra démarrer afin de permettre, si possible, une ouverture des bassins en mai 2022.

Au vu de la crise sanitaire qui impacte le monde de la construction et occasionne des retards, des craintes ont été émises quant à la possibilité de s’en tenir à ce calendrier ambitieux. Des inquiétudes entendues et comprises par Olivier Zimmermann, vice-maire en charge des bâtiments et des infrastructures sportives :

« La crainte de ne pas pouvoir ouvrir est non-négligeable »

Si des imprévus viennent perturber les travaux et rendent l’ouverture des bassins impossible pour la saison estivale 2022, le Conseil municipal a déjà pris les devants pour remettre en place le partenariat déjà mené durant l’été passé avec la commune de Tramelan.


Crédits approuvés pour les services communaux

Le législatif a également accepté jeudi soir, après moult discussions, un crédit supplémentaire de 720'000 francs pour la rénovation des locaux des Services techniques. Une grosse enveloppe qui a fait grincer quelques dents puisque le Conseil de ville et la population avaient déjà approuvé un crédit de 1,8 million pour ce projet, il y a trois ans. Reste que depuis, les exigences énergétiques ont évolué et plusieurs examens sur l’état du bâtiment (effectués après le premier vote) ont montré des déficiences au niveau de la dalle et de l’isolation de thermique notamment. La fraction PLR aurait souhaité que cette nouvelle enveloppe soit soumise au peuple mais la majorité du Conseil de ville a estimé qu’il n’y avait pas eu de changements de l’état des faits et que ce point restait donc de sa compétence.

Dans la foulée, un crédit de 166'300 francs destiné au remplacement d’un véhicule de service des travaux publics a été avalisé, celui-ci sans encombre.


Coup de pouce triplé pour la Couronne

Les Conseillers de ville étaient aussi amenés à se prononcer sur un soutien financier destiné à la Fondation pour le rayonnement du Jura bernois qui pilote le projet de la réfection de la Couronne à Sonceboz. Le PLR proposait, via une interpellation, de faire un don unique de 100'000 francs. Le PS a proposé une autre variante, à savoir un soutien annuel de 52'000 francs (soit 10 francs par habitant) sur une période de trois ans, pour un total de 156'000 francs. Pas convaincu, l’élu ARC, Michel Meyer a proposé de suivre le schéma des autres communes, soit une contribution unique à hauteur de 10 francs par habitant, donc une aide de 52'000 francs. Au final, c’est la proposition de la fraction socialiste qui a été soutenue par la majorité, malgré l’abstention des membres d’ARC, sceptiques de débloquer une telle somme alors que les finances communales méritent, selon eux, la plus grande vigilance.


Nouveau bureau pour 2022

Cette séance animée s’est déroulée, notons-le, en l’absence du futur maire, Denis Gerber. Le désormais ex-conseiller de ville PLR a décidé de ne pas siéger pour cette ultime rendez-vous, par devoir de réserve. Son élection n’a, d’ailleurs, pas été contestée dans le délai de recours imparti et est donc officialisée selon une communication du vice-maire Olivier Zimmermann. Outre le transfert de Denis Gerber à la table de l’exécutif, le Conseil de ville verra aussi son bureau se modifier pour l’an prochain. Patrick Domont (ARC) remet la présidence à Samuel Da Silva (PLR). Il sera assisté par Marie Ruchonnet (PS) comme 1re vice-présidente. /nme


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus